English
Graphic

Nouvelle publication sur les besoins d’investissement en faveur de la transition énergétique locale

par David Donnerer le 24 mai 2019 / 401 visites

Mener la transition énergétique au niveau local est nécessaire pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris à l’horizon 2050. Un nouveau rapport étudie le cas de cinq villes européennes, toutes pionnières de la transition énergétique locale, qui ont chiffré leurs besoins d’investissement d’ici à 2050 afin de mener à bien leur transition énergétique et mettre en œuvre des actions ambitieuses en matière d’énergie et de climat qui vont dans le sens de l’accord de Paris.


Permettre aux collectivités locales de réaliser leurs ambitions

Les villes représentent 80 % de l’énergie consommée et des émissions de CO² émises et les collectivités locales savent qu’elles doivent investir afin d’assurer un avenir durable sur une planète habitable avec un environnement sain. Mais pour jouer le rôle indispensable qui est le leur dans la réalisation des objectifs de l’accord de Paris et prospérer, les collectivités locales doivent avoir accès à des investissements et des financements suffisants afin de pouvoir mener à bien leurs ambitieux plans à long terme en matière d’énergie et de climat. Dans cette nouvelle publication, cinq études de cas de villes européennes - Gand, Frederikshavn, Bordeaux-Métropole, Séville et Tallinn – toutes signataires de la Convention des Maires, abordent la question des besoins d’investissement des collectivités locales dans le cadre de la transition énergétique.

Ce rapport arrive à point nommé : la commission européenne a en effet récemment publié une évaluation des progrès concernant les réformes structurelles en 2019 ainsi que les résultats macroéconomiques des bilans approfondis des Etats membres (rapports par pays) et pour la première fois établit un lien avec les recommandations d’investissement données pour la prochaine période de programmation des fonds structurels et d’investissement européens (fonds ESI) 2021-2027. Les cinq nouveaux objectifs prioritaires des fonds ESI sont : une Europe plus intelligente, une Europe plus verte, une Europe plus connectée, une Europe plus sociale et une Europe plus proche des citoyens. Mais dans ses recommandations, la commission européenne n’a pas évalué les sommes nécessaires aux Etats membres pour atteindre ces objectifs, ni quels investissements ceux-ci devaient accorder aux collectivités locales sur la prochaine période de programmation des fonds ESI.

Notre nouvelle publication non seulement détaille les besoins d’investissement de cinq villes européennes pour leur transition énergétique, besoins qui vont de 750 millions à 3 milliards d’euros, mais informe également sur le type d’investissement nécessaire au niveau local. Pour Energy Cities, il s’agit d’orienter les fonds nationaux et européens dans le cadre de la prochaine période de programmation des fonds ESI dans la bonne direction, afin de répondre concrètement et de manière tangible aux besoins locaux en matière d’investissement pour la transition énergétique – non seulement dans ces villes, mais dans toutes les villes européennes qui prennent des mesures en vue de répondre aux objectifs de l‘accord de Paris.

Cinq villes qui investissent pour l’avenir

Gand
La Ville de Gand en Belgique met en œuvre des politiques énergétiques inclusives afin que tous puissent avoir accès à une énergie plus propre, produite avec des technologies innovantes. Son projet phare « l’énergie du quartier » (Buurzame Strom) soutient l’installation de panneaux solaires dans un quartier défavorisé. Pour mener à bien sa transition énergétique vers la neutralité carbone d’ici 2050, la ville de Gand a estimé ses besoins d’investissement à 750 millions d’euros.

Frederikshavn
La Ville de Frederikshavn au Danemark s’est fixé un objectif ambitieux, celui d’atteindre 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2030, et a besoin de 1 milliard d’euros pour y parvenir. Le principal défi est d’encourager les habitants et autres acteurs privés à participer à la transition. La Ville de Frederikshavn a choisi de montrer l’exemple au travers d’ambitieuses rénovations de bâtiments et d’actions en faveur de la mobilité durable.

Bordeaux-Métropole
En France, la ville de Bordeaux-Métropole ouvre la voie de la transition énergétique en visant à devenir une métropole à énergie positive d’ici à 2050, notamment en misant sur la collaboration entre zones rurales et zones urbaines. Sur la période 2017-2022, les investissements prévus s’élèvent à 535 millions d’euros, ce qui représente 2,7 milliards d’euros d’ici à 2050 si les investissements continuent au même rythme. La ville se concentre sur son rôle de coordinateur et de facilitateur en soutenant des projets à fort potentiel, comme son projet phare de pôle industriel, l’Ecoparc de Blanquefort.

Séville
La Ville de Séville en Espagne a également entamé une transition énergétique ambitieuse afin de devenir un modèle de mobilité durable. La Ville a prévu d’investir 264 millions d’euros sur la période 2012-2020, et aura besoin de 1 milliard d’ici 2050. Séville se focalise en particulier sur la mobilité durable en créant un vaste réseau de pistes cyclables et de zones piétonnes afin de réduire la pollution atmosphérique et inciter les habitants à ne plus utiliser leur voiture pour les trajets domicile-travail.

Tallinn
Enfin, l’exemple de la capitale estonienne rappelle que le secteur du chauffage et du refroidissement joue également un rôle essentiel dans les investissements à long terme pour la transition énergétique. Tallinn mobilise actuellement 300 millions d’euros pour ses actions en lien avec le climat et l’énergie et aspire à devenir l’une des premières villes d’Europe de l’est à faibles émissions de carbone grâce à ses bâtiments intelligents et à ses actions en faveur de la mobilité intelligente. La Ville a estimé ses besoins d’investissement à 900 millions d’ici 2050.

en anglais

Local investment needs for the local energy transition - April 2019 Local investment needs for the local energy transition - April 2019

Cities’ actions for the energy transition are essential to achieve the Paris Agreement’s objectives by 2050. Responsible for 80% of energy use and CO² emissions, local governments understand that they need to invest for a sustainable future on a liveable and healthy planet.
The European Commission has estimated that it would require EUR 175 to 290 billion per year more to turn the EU into a net-zero greenhouse gas economy in 2050. For example, the EU would need to invest an estimated EUR 8.5 trillion for implementing sustainable heating systems for the period 2012-2050. To decarbonise the building stock by 2050, a staggering EUR 4.25 trillion more than normal investments would be necessary.



Télécharger : PDF - 1.7 Mo






L'équipe

Catégories du blog
Line
Derniers billets
Line
Archives
separator
Vous êtes ici : Energy Cities, Local authorities in energy transition. > Français > BLOG

A propos
En bref
Gouvernance
Les membres
L'équipe
Offre d'emploi
Stages
Contact
Politique de confidentialité
Positions
Adherer
Comment adhérer ?
Nous avons adhéré
Actions
Initiatives & Campagnes
Projets
Ateliers
Webinaires
Conférence Annuelle
Voyages d'étude
Ressources
Transition énergétique
Actions des villes
Publications
EC INFO magazine
Newsletter Energy Cities
Actu "Territoires en Transition"
BLOG
Medias
Communiqués
Articles
Outils de communication

 
Adresses Energy Cities - Besançon Energy Cities - Bruxelles