English
Graphic

Edito politique - L’avenir de l’Europe : combattre les idées reçues !

Par Claire Roumet, le 6 septembre 2017

« L’avenir de l’Europe » c’est le titre d’un Livre blanc publié par la Commission en mars dernier, proposant 5 scénarios pour l’EU des 27 à l’horizon 2025. Pris par l’analyse des 1000 pages du paquet législatif sur l’énergie, nous n’avons pas regardé de très près ce document avec les différentes options qui ont été mises sur la table pour un large débat.

L’Union européenne n’est pas un simple plat à réchauffer

L’été aidant à rattraper la pile de textes « à lire », je m’y suis attelée. Mais l’été c’est aussi le temps de la déconnexion, loin des conversations entre eurocrates dans les couloirs bruxellois. Et sortir de la bulle politique pour lire un texte aussi peu enraciné dans la réalité rend le choc d’autant plus brutal !

Pour commencer, il y a le choix du point de départ. Malgré les récentes élections, l’électrochoc du Brexit ou les réformes constitutionnelles qui, dans certains pays menacent concrètement l’Etat de droit, ce n’est pas suffisant pour que la Commission remette en question les politiques actuelles et choisisse de proposer un vrai projet européen renouvelé. Il ne sera pas possible de revitaliser l’Union européenne autour d’un plat réchauffé. A force de le passer au micro-onde tous les 5 ans, il n’a pas seulement perdu son goût, mais aussi toutes ses qualités nutritives.

Cet été dans un village du centre de la France, j’ai pu constater que les initiatives locales qui changent les systèmes énergétiques sont nombreuses. C’est le couple d’agriculteurs qui, pour pallier un système de retraite qui ne leur permettra pas de survivre, choisit d’investir dans la production solaire pour avoir des revenus dans 10 ans... C’est un petit entrepreneur qui injecte le gaz de son unité de méthanisation directement dans les tuyaux de la ville voisine…

Comment connecter cette réalité à l’agenda européen ?

C’est la question qui devrait être au centre des débats décentralisés, partout en Europe pour revitaliser le projet ; ne pas seulement en faire une réduction ou une augmentation des politiques actuelles, mais un tout autre agenda basé sur les potentiels de chaque territoire. Depuis trois décennies, les ruptures technologiques se sont succédées et ont radicalement changé l’économie. Ce dont nous avons besoin, c’est de coopération d’entreprises pouvant coordonner localement leur production et pas de nouveaux standards technologiques.

Pour rappel, l’objectif premier de l’Union européenne, tel qu’inscrit à l’Article 2 des Traités est « de promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples  ». Si depuis 30 ans le monde est différent, qu’en est-il des stratégies politiques européennes visant à mettre en œuvre cet objectif ? La stratégie de Lisbonne (2000) proposait un agenda durable d’intégration européenne. L’Agenda 2020 (2009) concentrait les politiques sur le mantra « croissance et emploi » avec des objectifs précis pour le climat qui ont impulsé le changement au moins pour la transition énergétique. Depuis 2014, la Commission Juncker gère les crises sans proposer un nouvel horizon et les 5 scénarios proposés ne changent pas le cadre.

Dans un monde où même les cuisses de poulet sont globalisées, le marché intérieur européen peut nous protéger des produits que nous ne voudrions pas, mais cela constitue-t-il un projet ?

Les solutions existent pour relocaliser le développement, le décarboner

Tous les territoires peuvent faire leur transition écologique et énergétique mais pour que ce mouvement ne concerne pas que les quartiers neufs, ou les métropoles prospères, il faut un vaste projet intégrateur. « Une Europe durable au profit des citoyens », le 6e scénario proposé par une vaste coalition de la société civile, constitue un bon point de départ pour un vrai débat sur le futur de l’Europe.

Mais il faut surtout que nous dépassions des barrières « psychologiques » qui bloquent et empêchent de penser hors du cadre :

Idée reçue n°1 :« L’Union européenne n’a de valeur ajoutée que pour les grands projets transnationaux »
… Les infrastructures du futur ressembleront plus à une série de nœuds (villes) connectés qu’a de grands gazoducs, ce sont toutes les politiques d’investissements qui sont à revoir.

Idée reçue n°2 : « L’Union européenne doit respecter le principe de subsidiarité et ne travailler qu’avec les Etats Membres »
... Mais que veut dire aujourd’hui l’expression « mix énergétique national » quand chaque région décide de son horizon et de sa stratégie pour devenir 100% renouvelable ? Si les villes doivent faire partie des débats et des décisions sur la politique énergétique, ce n’est pas contre les Etats mais parce que le système énergétique du futur est décentralisé, tout comme celui de l’alimentation, de l’industrie peut être…

Idée reçue n°3 : « L’Union européenne doit être un leader mondial technologique pour garantir les emplois »
… Toute innovation est quasi instantanément planétaire. Ce qui ne le sera jamais, c’est l’organisation de filières efficaces au plus près des ressources et des potentiels. L’Union européenne est certainement leader mondial en gouvernance compliquée et c’est une chance (pas un poids !) que d’avoir réussi tant de négociations multi-partites et d’avoir inventé des modes de gestion différents pour tant d’objectifs politiques. C’est la diversité et la complexité qui seront nos avantages compétitifs dans le monde de demain !

Idées reçue n°4 :
… La suite de cet inventaire, j’espère que nous le ferons ensemble prochainement, car les villes européennes doivent contribuer activement à dessiner l’avenir de l’Europe » !
  RSS Fil RSS
Members
Carte des membres
BIENVENUE AUX NOUVEAUX MEMBRES :
CEDEF-Central European Development Forum Serbia | Albertville France | Union of Communities of Armenia (AM) Armenia | Agencia de Energia & Ambiente da Arrabida - Energy agency Portugal | Mariupol Ukraine
Opinions
Opinions
Evénements à venir
Hadera Energytech Conference
Mardi 29 mai

EU Sustainable Energy Week : Lead the Clean Energy Transition
Du 4 au 8 juin

The Power of Heat : COGEN Europe annual conference
Du 5 au 6 juin

« Transition énergétique et sociétale : comment changer d’échelle ? »
Du 6 au 9 juin

A fair transition ? How can the EU post-2020 budget support local energy leadership ?
Jeudi 7 juin 09:00-10:30

Tous les événements à venir >>
Line
Retrouvez Energy Cities sur
Line
separator
Vous êtes ici : Energy Cities, Local authorities in energy transition. > Newsletters > Newsletter - Energy Cities - fr > 253 - septembre 2017

A propos
En bref
Gouvernance
Les membres
L'équipe
Offre d'emploi
Stages
Contact
Positions
Adherer
Comment adhérer ?
Nous avons adhéré
Actions
Initiatives & Campagnes
Projets
Ateliers
Webinaires
Conférence Annuelle
Voyages d'étude
Ressources
Transition énergétique
Actions des villes
Publications
EC INFO magazine
Newsletter Energy Cities
Actu "Territoires en Transition"
BLOG
Medias
Communiqués
Articles
Outils de communication

 
Adresses Energy Cities - Besançon Energy Cities - Bruxelles